Il était une fois la galette des rois

A peine les fêtes de fin d’année terminées, que déjà on se retrouve en famille ou avec les amis pour tirer les rois. Mais connaissez-vous l’histoire de cette tradition incontournable que l’on célèbre tous les ans le 6 janvier ?

Une tradition vieille comme le monde

L’Epiphanie qui signifie « apparition » en grec, est déjà fêtée dans l’Antiquité par les Romains. Lors des Saturnales ou fêtes du solstice d’hiver – la nuit la plus longue – on se réunit autour d’une galette pour nommer le roi ou la reine d’un jour qui découvre la fève cachée à l’intérieur.
Cette fête est reprise par les Chrétiens pour célébrer la présentation de Jésusaux rois mages. Aujourd’hui on continue de la fêter pour partager un bon moment et manger avec grand plaisir une part de galette.
De nos jours, on continue à inviter le plus jeune des enfants à se cacher sous la table pour attribuer à chacun sa part de galette afin que le roi ou la reine soit désigné.e par le fruit du hasard.

Un gâteau doré à souhait

Cette galette toute ronde dorée à l’œuf n’est pas sans rappeler la forme et la couleur du soleil annonciateur du Printemps à venir. Autrefois, on la partageait en autant de parts que de gourmands et la première était offerte au premier pauvre qui se présentait chez vous.
Cette galette se transforme en brioche aux fruits confits si vous célébrez l’Epiphanie dans le Sud de la France. Elle contient aussi une fève et on l’appelle le « gâteau des rois ».

Une fève qui se fait désirer

A l’origine, la fève cachée est bien le légume, c’est seulement au 18ème siècle que la figurine en porcelaine fait son apparition et représente l’un des personnages de la crèche. Parfois, on la remplace par une pièce d’or ou d’argent.

Si un jour, vous êtes invité.e à l’Elysée pour goûter la gigantesque galette des rois préparée pour le Président de la République, vous ne trouverez aucune fève. Il n’est pas possible de désigner un roi dans la résidence du chef de l’Etat.

Comme beaucoup d’entre nous, vous avez sans doute collectionné les fèves : vous êtes alors un.e fabophile.
Et si vous êtes toujours un.e grand.e collectionneur.se, allez à Blain non loin de Nantes pour visiter le musée aux 20 000 fèves...