Mon enfant fait encore pipi au lit, doit-je m'inquiéter ?

Énurésie primaire, secondaire ? Problème psychologique ? Plus courant que vous ne le pensez, voyons ensemble si ce problème doit vous inquiéter.

Pipi au lit, un contexte :

Tout d’abord, rassurez-vous, il est normal qu’en bas âge, les petits mouillent leur lit. Si habituellement ils contrôlent leur vessie dans la journée, il n’en est pas toujours de même la nuit. Statistiquement, 10 % des enfants de 5 à 7 ans présentent une forme d’énurésie nocturne primaire isolée (ENPI). L’énurésie nocturne disparaît habituellement d’elle-même avec le temps, généralement avant la puberté. L’énurésie nocturne devient médicale lorsque l’enfant entre en âge d’être propre, environ vers 5 ans. S’il a plus de 5 ans et fait encore pipi au lit la nuit, il est important de faire attention à votre comportement et de ne pas le culpabiliser.

Pipi au lit, la cause :

Une vessie trop petite, une production excessive d’urine ou alors un trouble de la perception de l’envie d’uriner ? Parfois, il arrive également que le système nerveux des enfants n’est pas encore assez mature pour contrôler leur vessie. Ou encore, certains ont un sommeil tellement profond qu’ils ne sont pas réveillés par l’envie de faire pipi ! Les causes sont nombreuses mais l’important est de ne pas immédiatement penser que le cas est isolé. Souvent, il peut y avoir des causes héréditaires qui entrent en jeu. Cela ne rend pas le problème plus grave pour autant, mais peut simplement indiquer un retard dans l’apprentissage de la maîtrise de la vessie de l’enfant. C’est une simple étape de développement à franchir. L’origine psychologique n’entre pas systématiquement en compte. Il est important de dissocier énurésie primaire et secondaire. L’énurésie primaire concerne les enfants n’ayant jamais arrêté de faire pipi au lit la nuit sur une longue période. C’est un cas très courant et à différencier de l’énurésie secondaire : lorsque les enfants ont été propre la nuit au moins 6 mois et se remettent à faire pipi la nuit : la cause ici est probablement psychologique.

Pipi au lit, des solutions ?

Commencer tout d’abord par surveiller la quantité de liquide que vous donnez à boire à votre enfant, sans pour autant le priver ! Par exemple, évitez peut-être la soupe au dîner. Proposez également systématiquement d’aller aux toilettes avant d’aller au lit : c’est l’occasion de créer un rituel d’avant coucher avec votre petit·e. L’important est de ne pas se focaliser là-dessus et de créer une psychose pour votre enfant !

Toutes ces nuits mouillées symbolisent beaucoup de lessives... essayez d’anticiper les fuites en mettant un pot près du lit de votre enfant ! Ces fuites sont dues à une peur du noir ? Mettez une petite veilleuse dans sa chambre. Protégez également votre matelas avec une protection imperméable.

De même, il est important que l’enfant soit actif et impliqué : faites le participer (sans présenter cela comme une punition !) pour changer les draps, s’il est assez grand. Cela l’aidera à prendre conscience du problème. Ou alors de manière plus ludique vous pouvez créer un calendrier sur “la météo du pipi” : la pluie symbolisera les nuits mouillées et les soleils, les nuits sèches ! Ainsi, vous pouvez le féliciter à chaque nuit sèche. Le but est que votre enfant arrive à se réveiller la nuit au signal de sa vessie pleine. Ainsi, il est inutile de le réveiller en pleine nuit, car cela ne le responsabilisera pas ! De même, les couches ou couches culottes sont également une solution de facilité !

Ne mettez tout de même pas de pression sur votre enfant, cela est également pénible pour lui ! Si les enfants qui font pipi au lit sont généralement en bonne santé, ils souffrent tout de même des répercussions des parents, de honte...

Pensez également à prévenir les irritations de la peau. Si besoin est : enduisez le au coucher d’une crème hydratante spéciale.

Pipi au lit, quand s’inquiéter ?

Si après 6 ans votre enfant mouille encore régulièrement son lit, rappelez-vous que cela n’a rien d’exceptionnel. Il est important de rester calme face à la situation. Dans le cas où les fuites ont également lieu dans la journée, peut-être pouvez-vous consulter un pédiatre afin de faire un dépistage pour un éventuel problème médical. Ne vous inquiétez pas pour autant, lorsque l’énurésie est diagnostiquée, les résultats se font vite sentir. Enfin, rappelez-vous qu’un accident de temps à autre peut arriver, c’est la régularité du problème qui devient une “énurésie”. À partir de 11 ans, en entrant dans la puberté la consultation devient effectivement nécessaire.