Nos baby-sitters maitrisent les super-pouvoirs des livres et vous expliquent tout

Pour nos gardes d’enfants intelligente à domicile, nous mettons à disposition de nos intervenants une mallette avec des jeux et des livres. Lire un livre aux enfants pendant une garde d’enfants, c’est naturel. Mais est-ce si simple ? Et bien pas tant que ça, surtout si vous voulez déclencher leurs Super-Pouvoirs. Nos baby-sitters vous disent tout sur les Super-Pouvoirs des livres et comment les activer.

Deux grands types de Super-Livres

Regardez n’importe quelle bibliothèque. Pour faire un raccourci, vous y trouverez 3 types de livres :

  • Les livres qui racontent une Super-Histoire : un album illustré, une BD, un roman, etc.
  • Les livres Super-Educatifs (ou de référence) dont le but est d’apprendre quelque chose : livre sur les animaux de la ferme, le corps humains, etc.
  • Et bien sûr, un mix des deux, ce sont les livres Super-Mix : contes éducatifs, histoires pédagogiques, etc.

Maintenant que vous connaissez le bestiaire des livres, nous allons voir leurs Super-Pouvoirs et bien sûr comment les activer. Indispensable pour lire un livre à un enfant (et à un adulte aussi).


Super-Pouvoir #1 : les livres sont aimés des enfants (et des adultes)

Un livre pour enfant, c’est Super-Magique

Pour commencer, un livre pour les petits, c’est un objet plein d’images : à chaque nouvelle page, de nouvelles images très sympathiques (on parle de livres pour enfants). Bref, c’est Super-Magique.

Effet collatéral de ce Super-Pouvoir : quand vous laissez un enfant, même petit, avec un livre, il va passer de longs moments à le regarder, tourner ses pages et s’en émerveiller. De la même façon que vous appréhendez un nouveau livre, en somme : un pur instant de plaisir. Et ça, c’est déjà un Super-Pouvoir en soi. D’ailleurs vous verrez que tout ça aide à stimuler la créativité des enfants.

Mais en plus, quand vous faites la lecture aux enfants avant de dormir : miracle. Ils s’apaisent soudainement et s’endorment sereinement. C’est parce que les livres ont le super-pouvoir de détendre ces bouts de choux. Ils n’auront donc aucun mal à affronter l’obscurité de la nuit ou le placard entrouvert devant leur lit.

Mais s’ils nous font tant d’effet, c’est que nous aimons les histoires (et que nous sommes programmés pour cela).

Un livre, ça raconte des Super-Histoires et nous aimons cela !

Nous sommes génétiquement programmés pour aimer les histoires. Notre espèce se distingue entre autres par notre capacité à croire et à raconter des choses qui n’existent pas : des légendes, des interprétations, des conceptualisations.

“Qu’est-ce qui unit les gens ? Les armées ? L’or ? Les Bannières ? Non, ce sont les histoires. Il n’y a rien de plus puissant qu’une bonne histoire. Rien ne peut l’arrêter. Aucun ennemi ne peut la vaincre”. Un héros de GoT, au moment de choisir le prochain roi, dans l’épisode final

C’est pourquoi nous adorons raconter ce qui nous est arrivé - réalité forcément enrobée -, écouter un conteur d’histoires dans une salle de spectacle, palabrer lors d’un dîner entre amis, voir un film, suivre une série, écouter quelqu’un lire un livre ou tout simplement lire un livre.

Et bien sûr, nous adorons aussi tous apprendre des choses. C’est pourquoi, quel que soit le Super-Livre, son premier Super-Pouvoirs c’est d’être aimé.

 


Super-Pouvoir #2 : les livres nous apprennent des choses

Un livre Super-Educatif nous apprend des choses

Bon, c’est directement son rôle, donc c’est une évidence, mais bon, c’est toujours bien de le redire :-)

Un livre d’histoire nous fait réfléchir

Les histoires pour enfants sont souvent l’occasion de mettre en scène des personnages et des situations. La réponse des personnages aux situations est une excellente façon d’amorcer une discussion avec l’enfant et de le questionner : comment aurais-tu réagi ? Que penses-tu de tel ou tel personnage ?

Évidemment, privilégiez des questions ouvertes afin que l’enfant apporte une réponse construite et ait des perspectives. C’est une très bonne façon de développer l’empathie et l’intelligence émotionnelle des enfants : les pousser à se mettre à la place d’autrui revient à simuler la réalité.

Ce sont ces simulations qui vont leur être bénéfiques car elles aident à développer le processus empathique des lecteurs. Ainsi, ils auront moins de mal à faire face à des situations semblables aux fictions qu’ils ont pu lire. Épatants ces Super-livres, mine de rien non ?

 

Un livre favorise l’ouverture culturelle

Dans les livres, nous retrouvons mille et unes histoires, toutes différentes les unes des autres et racontées de différentes façons. Les enfants ont la chance avec les livres, de pouvoir découvrir très tôt divers registres de langue mais également d’apprendre des mots de vocabulaire très variés. Bien sûr, qui dit vocabulaire varié dit élargissement des connaissances mais également amélioration de la rédaction. Et hop, trois en un !

Enfin, quel que soit le Super-Livre, c’est toujours l’occasion d’ouvrir son esprit, d’avoir une fenêtre sur le monde, de voir une autre facette de la réalité. Le cas le plus flagrant est le conte. Parce que de tradition orale, il est toujours raconté d’une façon unique : on s’attardera cette fois-ci sur un détail en particulier, on racontera cette fois-là la version d’autre personnage, etc.

Cela fait prendre conscience aux enfants (et aux adultes) que la réalité n’est pas unique ni figée : il y a toujours plusieurs façons de voir la même réalité.

Et nous retrouvons ce système dans les BD sans parole (Polo, Petit Poilu, etc.) ou tout simplement dans les nombreuses reprises de contes classiques. Cela va donc éveiller leur curiosité et stimuler leur imagination puisqu’ils entrent dans un univers sans limite.


Comment nos gardes d’enfants lisent les livres aux enfants

Super-Livres, Super-Pouvoirs. Top. Mais Super-Qui-Ne-Servent-A-Rien sans les trois clés ! Et ça tombe bien, nos baby-sitters vous les dévoilent.

Clé #1 : Découvrir le livre

Que faites-vous quand vous prenez un livre dans une librairie ou une bibliothèque ?

  • Vous lisez le titre et l’auteur
  • Vous regardez la première de couverture
  • Vous regardez et lisez la quatrième de couverture
  • Vous feuilletez rapidement le livre

Et bien avec un enfant, il faut faire tout pareil : découvrir le livre. Cela vous permet d’y entrer et de l’exploiter pleinement - c'est-à-dire développer tous ses Super-Pouvoirs. L’enfant doit prendre le temps de choisir le livre qui lui plaît. Vous pouvez même lui proposer de lire les premières pages de celui-ci pour qu’il puisse s’assurer d’accrocher à l’histoire. Il est également essentiel que l’enfant choisisse un livre de son âge afin qu’il ait plus de chances de l’apprécier et de le comprendre.

 

Clé #2 : On lit ce qu’il y a d’écrit

L’écrit a une caractéristique : ce qui est écrit est écrit et le reste. Cela s’appelle la permanence de l’écrit. Les élèves des petites classes apprennent cela à l’école : il est donc important de lire ce qu’il y a écrit.

N’avez-vous d’ailleurs jamais remarqué comment les enfants vous reprennent, parce qu’ils connaissent le livre par coeur, quand vous ne lisez pas exactement ce qu’il y a de marqué ?

La clé est donc très simple : si vous lisez, vous lisez ce qu’il y a d’écrit. Et si vous ne lisez pas ce qu’il y a d’écrit, il faut que ce soit très clair.

Quelques exemples pour mettre cela en pratique : - Dans une histoire, vous pouvez décrire les images, faire un commentaire ou poser une question. - Dans un livre Super-Educatif (de référence), il y a parfois beaucoup de textes (vous savez, ces livres avec plein de rabats, et même parfois des rabats sous les rabats, avec plein de textes à lire). C’est parfois un peu fastidieux. Vous pouvez alors faire l’impasse sur certains textes voire donner des explications qui ne sont pas écrites. Mais si vous lisez, lisez le texte.

Cependant, n’hésitez pas à théâtraliser vos lectures pour captiver les enfants : faites différentes voix selon les personnages, imitez leurs actions, faites des bruitages et le succès sera garanti. Toutefois, si vous voyez que l’enfant se désintéresse de la lecture, ne le forcez surtout pas et arrêtez. Forcer les enfants à lire ou à écouter une histoire est le meilleur moyen de les dégoûter de cette activité.

Clé #3 : Ne pas juger les choix de lecture de l’enfant

N’avez-vous jamais été étonné par les choix de lecture de votre enfant ? Les genres littéraires sont innombrables et les supports de lecture également. Ce n’est pas parce que votre enfant n’aime pas les romans qu’il en apprendra moins en lisant autre chose.

Acceptez tout ce que votre enfant veut lire : manga, bande-dessinée, magazine, nouvelle. Cela reste de la lecture et favorise également l’apprentissage des mots. Retenez que l’enfant doit toujours aimer ce qu’il lit, quelque soit la nature de la lecture. Ne lui imposez rien.

N’avez-vous jamais pesté contre un enfant qui, quand vous lisez un livre, avance de trois pages avant de reculer de 5 ? Et bien, sachez que c’est tout à fait normal ! Vous-même, ne regardez-vous pas la fin du dernier épisode d’une série en cours de route ? Ou - plus probable - ne regardez-vous jamais pour la 15ème fois votre scène préférée ? Ou relisez ce passage qui vous a plu ?

Et bien pour un enfant c’est pareil. Il y a bien des manières d’appréhender un livre, une histoire, une œuvre. Elles sont toutes valables. L’enfant en fait l’expérience, explore celles-ci et c’est très bien.

Que faire alors ? C’est très simple, continuer la lecture là où va l’enfant : il avant de 5 pages : on continue à lire à cette page.

Et la voilà la 3ème clé : laisser l’enfant faire ses choix de lecture et explorer le livre comme il le souhaite, comme vous le feriez. Et l’accompagner dans cette exploration.


Deux clés bonus pour les parents :

Clé #4 : Lui acheter régulièrement des supports de lecture

Tout est une question d’habitude. A l’occasion, si vous passez dans une librairie, dites à votre enfant de choisir ce qu’il a envie de lire (BD, magazine..), ainsi, la lecture intégrera petit à petit ses habitudes. Ou alors, vous pouvez l’inscrire dans une bibliothèque à proximité dans laquelle il pourra régulièrement emprunter des livres.

N’hésitez pas non plus à discuter avec lui de ses lectures : qu’a-t-il retenu ? qu’a-t-il aimé dans cette lecture ? Et si vous aussi vous lisez, partagez lui vos avis sur vos lectures, échangez. Au fur et à mesure, naturellement, il éprouvera le goût de la lecture et se surprendra à avoir envie de lire.

Attention. Si votre enfant n’est pas encore habitué à lire régulièrement et surtout s’il n’aime pas ça, évitez de lui offrir des livres à son anniversaire ou à Noël. Les enfants adorent ces évènements et s’attendent toujours à recevoir le jouet qu’ils ont tant réclamé durant toute l’année. Alors vous risquez de le décevoir si derrière ce joli papier cadeau, se trouve un bouquin. Il se sentira forcé d’accepter ce cadeau qu’il n’a pas désiré.

Clé #5 : Partager un moment de lecture avant de dormir

La lecture avant le coucher est un rituel important et très bénéfique pour les enfants. Non seulement ils s’habituent aux histoires mais ça leur permet également de s’endormir paisiblement et en douceur. En plus, ce moment privilégié permet de renforcer la relation affective entre vous et votre enfant.

 

En conclusion

Et voilà, vous connaissez tout sur les livres : leurs Super-Pouvoirs et les clés pour les déclencher. Vous ne lirez plus un livre à un enfant comme avant : vous êtes prêts à les exploiter pleinement.



Source Images : FreePick